En quoi consiste la scénographie florale?

Comment peut-on définir ce qu’est la scénographie ?

A son origine, la scénographie est littéralement « le dessin de la scène » dans un théâtre. 

Le scénographe crée le dialogue entre l’espace et le corps.  Il accompagne le texte en lui donnant un contexte et en concrétisant les idées du metteur en scène et des acteurs.

Il canalise le regard du spectateur en posant un cadre et en y intégrant la lumière.

Le scénographe dessine (et/ou réalise, c’est selon chaque situation) les décors, les accessoires, les costumes, les objets…

Le champ d’action est donc assez large.

Cependant, un espace scénique ne doit pas représenter « l’existant » ; il est plutôt une interprétation du réel à laquelle est ajoutée une valeur métaphorique ou visuelle. Il amène alors un surplus de sens en multipliant les possibilités de réception sensible. 

Depuis les années 90, la scénographie a ouvert ses frontières au cinéma, au court-métrage, au plateau TV, aux performances, aux installations. 

Plus tard, elle sera intégrée dans la muséographie et dans la création des étalages des boutiques.  L’intérêt est de transporter le visiteur/le client dans un univers pour qu’il ressente des émotions et/ou qu’il ait alors l’envie d’acheter. 

Depuis peu, la scénographie arrive dans « l’évent ».

Seul petit bémol à cette ouverture : le terme de scénographie y est mal utilisé car l’événementiel est bien souvent déconnecté d’une réflexion conceptuelle et/ou dramaturgique. 

Il ne faut pas non plus confondre « décor » et « scénographie ».

Sans comparaison ni jugement, le décorateur s’occupe de l’aspect « esthétique » de l’espace en l’intégrant dans une thématique. La durée peut être présente ; le décor ne doit pas être réalisé pour une occasion spécifique. 

Le scénographe, lui, crée un contexte concret qui interroge le regard du spectateur.  Il part à la recherche des enjeux du sujet/acteurs et de la thématique. Il questionne son public et le transporte dans un autre monde.

La notion d’éphémère est présente dans la scénographie ; elle est créée pour une occasion précise. 

Actuellement, la scénographie s’est si bien ouverte au monde que, personnellement, je la définis de la manière suivante :

La scénographie est l’étude et la conception métaphorique et/ou visuelle d’un espace pour un événement éphémère.  Elle vise à lui donner une charge émotive supplémentaire pour éveiller ou sublimer les réceptions sensibles du spectateur, quel que soit le domaine de cette création. 

Si les frontières de la scénographie se sont ouvertes, l’essence même de celle-ci reste la même : le questionnement des corps dans un espace lié à un temps.

Le scénographe est donc aussi un artiste, un créateur.  La scénographie est ainsi liée à une personnalité.  Il y a autant de scénographies que d’individualités ou de sensibilités artistiques. 

Vu les possibilités et les champs de possibles, il est alors important de questionner ses propres champs d’action. La scénographie est donc un art visuel, créateur d’atmosphère.  Elle est conceptuelle et elle est là pour déclencher une catharsis chez le ‘spectateur’, c’est-à-dire pour déclencher chez lui un travail intérieur qui va l’élever personnellement, qui va libérer ses émotions et le purifier

La scénographie florale que je propose, quelle est-elle ?

« La scénographie est un art visuel, créateur d’atmosphère.  Elle est conceptuelle et est là pour déclencher une catharsis chez le ‘spectateur’, c’est-à-dire pour déclencher chez lui un travail intérieur qui va l’élever personnellement, qui va libérer ses émotions et le purifier »

Pour ‘cadrer’ le regard du spectateur, la scénographie utilise des ‘codes’.  Elle est une triangulation entre le REGARD, le CORPS et l’ESPACE.

Mon but ultime en tant que scénographe est de chercher à créer des espaces où le spectateur/le porteur du projet est en connexion avec l’infini.  Quel que soit le medium utilisé : une abstraction, un coup de pinceau, un lieu choisi, …

Depuis toujours attirée par le végétal, j’ai personnellement choisi les fleurs comme medium pour approcher, toucher dans leur sensibilité les porteurs de projets.  Mon « art visuel » est alors aussi devenu un « art du vivant », source de nombreuses émotions faisant appel à tous les sens, la vue, l’odorat, le toucher, … Cela a été un véritable cheminement personnel qui m’a amenée à cette appellation nouvelle de ‘scénographe florale’. 

La scénographie de l’espace de « l’Atelier Morgane Steygers », avenue Brugmann, se peaufine, se transforme au rythme de ma métamorphose personnelle.   A ce jour, je veux aussi tendre vers cet infini, mon infini… Je veux quitter la notion de ‘boutique de fleurs’ (d’ailleurs nullement péjorative) vers un réel espace de ‘scénographie florale’ libérateur d’émotions également infinies.

Par exemple, ma dramaturgie sur la forêt (Trade Mart) était apaisante pour certains et source d’angoisses pour d’autres. 

L’espace créé n’était pas juste ‘beau’, il était donc porteur d’émotions.  

Un événement donné est aussi lié au projet du porteur de celui-ci. 

Pour son mariage, par exemple, le couple ‘met en scène’ son histoire, sa dramaturgie.  La scénographie aura pour but de la sublimer dans une ouverture émotionnelle jusqu’alors insoupçonnée : elle sera la traduction de son histoire dans un cadre donné.  Elle fera naître en lui de nouvelles émotions à partir de sa propre histoire. « Tu nous a fait rêver ! » … 

Quels sont mes atouts en tant que scénographe par rapport à un décorateur floral ?

  • Maitrise et prise en considération de l’espace de départ, de l’environnement
  • Prise en considération de l’ensemble des détails
  • Intégration de l’ensemble des enjeux du projet dans l’installation florale/décor
  • Création unique pour un événement précis et défini
  • Capacité de s’adapter au budget du projet ou en proposant des solutions adéquates aux besoins de ce dernier
  • Inspiration directe de la personnalité du porteur du projet 
  • Volonté de réaliser les rêves des porteurs du projet en intégrant et en dépassant leurs attentes
  • Création ancrée directement dans les émotions et les sensations du contexte dans sa globalité (ici et maintenant je réalise un décor pour une/des personne(s) précise(s) dans un environnement défini)
  • Intégration des cinq sens dans le projet final, le décor nous permettant de voyager dans un univers poétique – magie du décor/théâtralité 
  • Se dégager des conventions de l’art floral académique – liberté prise sur la création dictée par les formes et les senteurs des fleurs

Les végétaux sont des matériaux bruts

  • Formation et affirmation artistique 
  • Pas de limite dans les projets, études et recherches techniques possibles pour une réalisation sur-mesure
  • Progression et recherche constante des capacités techniques, remise en question et développement du savoir-faire
  • Recherche de l’excellence et des finitions 
  • Recherche de matériaux de qualités avec une proposition la plus écologique possible
  • Travail en équipe avec les autres prestataires, possibilité de proposer un carnet d’adresses de prestataires de qualité aux clients

Quelles en sont les applications possibles (hors boutique) ?

  • Suivi personnalisé et création sur-mesure pour toutes le créations petites ou grandes (bouquets ou décorations)
  • Scénographie pour des événements privés ou professionnels
  • Aménagement de jardins et de terrasses
  • Aménagement de bureaux ou d’espaces professionnels et service d’abonnements
  • Création de supports pour d’autres créateurs ou clients désireux de créer un contexte spécifique (photographe, installations, plasticiens, styliste, cinéaste, etc.)
  • Création d’installations personnelles, communiquer mes idées et mon univers

2 commentaires

  1. Thanks for your blog, nice to read. Do not stop.

Répondre à Mark Annuler

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *